Gaspésie 2016; Jour #12 et #13; 80 et 112km; 597+507m; Pointe à la Croix/Causapscal/Ste-Luce-sur-Mer

BON BOY, BAD BOY. (NON, c’est pas une parodie de Bon Cup, Bad Cup)

Ce matin là j’entreprenais le dernier stretch de mon périple, la Vallée de la Matapédia, où une aventure rocambolesque m’arrivera. Attendez de lire la fin pour connaître le punch!

Je quitte donc l’Auberge de la Maison Verte vers 9h après avoir dégusté un déjeuner de Roi! Ce sera une longue montée progressive avec un vent de face. Comme il y aura peu de points de ravitaillement sur le parcours, après 20 km, je fais escale à Restigouche pour acheter des bouteilles d’eau car si vous vous en rappeler, je m’en suis fait voler une Chez Claudine il y a 2 jours. Nous retrouvons donc ici notre BAD BOY!

Je reprend la route pour un 45km avant de faire une pause à la halte de Routhierville pour admirer le pont couvert de 78 mètres qui enjambe la Matapédia. Il est classé Immeuble Patrimonial. Pour le prendre en photo dans sa totalité, je m’aventure dans un sentier escarpé de la falaise. Un peu casse-coup!

Je rembarque sur la route en espérant croiser un restaurant sur mon parcours car je sens que mes jambes et mon énergie tomberont dans la zone rouge dans peu de temps. 15km plus tard, je vois pointer à l’horizon une pancarte sur le bord de la route…enfin une cantine à Sainte-Florence! Je débarque de mon vélo et je sors mon porte-feuille de la saccoche de guidon…niet! J’ai perdu mon argent et mes cartes de crédit. Ayoye, quand tu es déjà au bout de tes ressources, ça donne envie de pleurer!  Allez Pierre, wake up!

La propriétaire du restaurant semble encore plus désolée que moi. Je lui demande de veiller sur mon vélo pendant que je fais du pouce pour retourner à Routhierville et à Restigouche dans le pire des cas. Ça pogne pas pantoute! Après une quinzaine de minutes, une voiture rouge s’immobilise au restaurant et discute avec la dame. Il se dirige ensuite vers moi et m’offre un lift. Interloqué, je lui demande d’où il sort?  Il m’explique que la proprio l’a téléphoné pour lui demander de venir à mon secours. Voici donc mes deux BON BOY !

Arrivé au pont, je fouille partout sous les tables de pique-nique, dans la falaise où j’avais pris mes photos, dans les poubelles, encore Niet! Mon bon samaritain me demande quelle serait l’autre possibilité? Je lui dis que je ne me sentais pas capable de lui demander de rebrousser chemin jusqu’à la station service de Restigouche, à 45 km d’ici. Il me le propose de lui même.

En placotant pendant le parcours, j’apprends qu’il est revenu dans la région après un douloureux divorce pour assumer la garde partagée de ses 2 enfants. Période sombre de sa vie, perte de son emploi, il décide de retourner au CEGEP pour faire son cours d’infirmier dont il entreprend la troisième année cette semaine. (5 années au total). Il subvient au besoin de la famille en réalisant des contrats de rénovation à gauche et à droite entre ses cours. Je le félicite pour son courage et sa ténacité.

Il m’append du même coup qu’il a mis sur pied une organisme pour venir en aide aux jeunes qui ont besoin de meubles et de vêtements pour retourner à l’école. Bravo!

À Restigouche, pas d’avantage de porte-feuille. De retour à Sainte-Florence, la dame du restaurant m’offre une repas gratuit.  Soupe au poulet, pâté chinois et dessert! J’enfile ça rapidement car le ciel noir se préparait à nettoyer la chaussée. J’enfile mon kit de pluie et c’est sous les éclaboussements vaseux des camions-remorques qui me dépassent que je terminerai les 15 derniers kilomètres. Arrivé à Causapscal, détrempé, crevé et avec le moral dans les talons, j’aperçois l’annonce de l’Auberge La Coulée Douce. Je me souvenais que j’avais une carte de crédit et un peu d’argent de secours dans ma saccoche arrière. Ni une ni deux, allez hop cascade!

Superbe petit Auberge, souper gourmand et dans les bras de Morphée dès 21h. Réveil à  6h et j’embarque sur la route à 8h en direction de Sayabec, 47km plus loin. Je voulais parcourir le plus de distance possible avant que le vent ne se lève. Le party s’est terminé dès 9 heures! J’avais prévu y dormir mais la météo m’annonce de la pluie pour le lendemain. Hummm…65km supplémentaires pour atteindre mon point de départ, Ste-Luce-sur-Mer. La bouchée est grosse mais je décide de tenter le coup! Je croise 3 cyclotouristes en pleine montée pendant que je dévale la même pente à bonne vitesse. On se salut à tour de rôle… À chacun son tour de profiter des dénivelés!

Complètement vidé, je rejoins Ste-Luce vers 16h. J’ai complété mon tour après 954 kilomètres en 13 jours, soit une moyenne de 73km/jour. Je suis vraiment fier de moi!

Mais attendez, voici le punch de l’histoire!

Après avoir récupéré ma voiture et trouvé un gîte, je décide d’aller faire des emplettes et souper à Rimouski. Assis à ma table au Bistro, mon cellulaire s’agite en indiquant un appel en provenance de Montréal d’un nom qui m’est totalement inconnu:

  • Allo, est-ce que je parle bien à Pierre Julien?
  • Oui, c’est moi, c’est à quel sujet?
  • Auriez-vous perdu quelquechose dans la vallée de la Matapédia?
  • Stupéfait, je n’arrivais pas à en croire mes oreilles, d’autant plus que l’ambiance dans le restaurant était plutôt bruyante. Oui que je lui répond, mon porte-feuille! Mais qui êtes-vous?
  • Mon nom est Andréanne et nous sommes 3 cyclotouristes. Avez-vous pris une photo du pont de Routhierville dans la falaise?
  • Oui, exactement!
  • He bien, en voulant prendre la même, mon copain a trouvé votre porte-feuille dans le cap. J’étais abasourdi!
  • Et il y a encore de l’argent dedans que je lui demande?
  • Oui, 3 billets de $50 et 3 cartes.
  • Je vous propose un deal que je lui relance. Vous prélevez $50 à titre de récompense et vous me postez le reste!
  • Merci beaucoup qu’elle me répond! Et je lui communique mon adresse!
  • Ne nous sommes-nous pas croisés dans la montée de Mont-Joli cet après-midi?
  • haaaa…c’était vous le cycliste en solo! Si vous saviez tout les directions que nos recherches ont prises sur Internet pour retrouver votre # de téléphone à partir de la photo sur votre carte d’assurance-maladie?

Je venais de rencontrer 3 autres BON BOY en 48 heures!

Maudit que ça redonne confiance en la nature humaine après toutes les horreurs qu’on nous défile jours après jours à la télévision!

Souriez! La vie est belle!

Auteur : Pierre

À l'aube de la 60'n, je rêve de traverser les Amériques en cyclo-tourisme d'ici quelques années! En attendant, je parcours le Québec en cyclotourisme sur mon Surly et je transforme notre Tandem semi-couché Pino en Tandem Solaire afin de voyager avec Claudette! Early 60's, French Canadian, I love cycling, travelling, nordic skiing and enjoy life! Plan to leave home for a journey across both Americas in a near future!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s