Dur retour à la réalité, et me voici embarqué dans le Suntrip-2018 vers la Route de la Soie!

Nous sommes de retour à la maison et notre train-train quotidien a bien changé. Claudette est en convalescence pour plusieurs mois et doit se déplacer en chaise roulante (et en béquilles sur de courtes distances). Il lui est impossible de s’appuyer sur la jambe droite. Elle ne peut prendre sa douche sans assistance, doit monter les escaliers sur le derrière, ne peut conduire sa voiture et par dessus le marché, malgré ses nombreuses pilules, la douleur est continuelle et assez intense. Le Doc a prédit que ça prendrait 3 à 4 semaines avant de pouvoir utiliser sa jambe droite. Néanmoins, je vois bien que Claudette fait des progrès à chaque jour.  La patience et notre amour mutuel viendra encore une fois à bout de cette nouvelle épreuve!

 

Nous suivons quotidiennement nos Suntrippers qui parcourent les Alpes et nous offrent des images saisissantes. Nous éprouvons de brulants pincements au cœur en s’imaginant sur ce parcours!  Shiff!

Déjà 2 semaines d’écoulées depuis l’accident et le tandem est encore en pièces détachées dans le sous-sol.  Faut dire que mon moral est comme des montagnes russes…Up and Down! Avant-hier, mon voisin m’a invité à aller faire une ride de vélo de route. Ouf…c’était ma première sortie en vélo de route cette année!  Je conduisais en zigzaguant comme un débutant et je me sentais comme si c’était me première sortie de la saison! Après 3 semaines sans exercice intense au menu, mon cardio s’envolait pour arriver à suivre son rythme.

Ça m’a foutu une gifle en pleine face!  »-1 Daniel » …que je lui criais pour indiquer de ralentir!

Cette sortie m’a fait réaliser que je devais me ressaisir.  C’est pas parce que Claudette est temporairement immobilisée qu’il faut que j’en fasse autant.

En Mai dernier, je m’étais inscrit au Suntrip-2018 qui parcourra le Route de la Soie, de Lyon en France jusqu’à Canton en Chine entre les mois de mai et août 2018. Comme Claudette ne peut s’absenter de Québec pour une période aussi longue, je ferai la course en solo sur mon Trike Scorpion FS20. Je devrai le modifier pour y ajouter un moteur pédalier, une transmission Rohloff et des panneaux solaires semblables à ceux du tandem.

 

 

 

Je veux cependant éviter d’utiliser une remorque. Les panneaux devront donc se trouver au dessus de ma tête et tout mes bagages dans des sacoches latérales. Voici à quoi ça devra ressembler.  Il me reste à inventer un mécanisme pour ajouter une deuxième paire de panneaux extensibles sur le toit. Celui que nous avions sur la remorque du tandem étaient trop lourd. Jean-Guy Camirand m’a promis de me prêter mains fortes encore une fois.! Merci Jean-Guy! Si je trouvais un sponsor, c’est en fibre de carbone qu’il faudrait le fabriquer.

 

 

 

J’ai donc entrepris les démarches pour trouver toutes les composantes nécessaires à ce montage. Heureusement, je pourrai réutiliser plusieurs équipements du tandem.

12,000km de 3 mois, ce ne sera pas de la rigolade et ça mérite une préparation de longue date. Le Suntrip-2018 n’est pas une ballade, c’est vraiment une course! Une moyenne de 130km par jour en moins de 90 jours. Après avoir parcouru l’Europe jusqu’en Turquie, nous nous retrouverons sur le continent asiatique après avoir traversé le Bosphore. Iran, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizistan, avant d’entreprendre la traversée des déserts du Taklamakan et du Gobi en Chine. Pour finir, direction sud vers Canton où la chaleur, l’humidité et les villes densément peuplées rendront le parcours très relevé! Suis-je capable de relevé ce défi à 62 ans???

Que désigne-t-on par la « Route de la Soie »?

Le terme est apparu au 19è siècle pour désigner un formidable réseau transcontinental de près de 15 000 kms de routes commerciales, terrestres puis maritimes, reliant la Chine à l’Europe de l’ouest en passant par la région du Levant (Liban, Syrie, Jordanie). Ces axes se sont développés à partir du IIè siècle av. J-C grâce au commerce de la soie1. Les premiers relais furent établis par les Chinois et les Parthes2: ceux-ci fournissaient l’empire romain, friand de cette matière précieuse, et ont prospéré plusieurs siècles grâce à leur position stratégique, solidement gardée, d’intermédiaire entre ces deux mondes.

Les itinéraires ont évolué au cours des siècles: la route terrestre partait cependant de l’actuelle Xi’an (Chine) et passait par de redoutables obstacles naturels, au pied desquels se dressaient des cités caravanières fortifiées et des oasis qui servaient de lieux d’échange des marchandises.

L’existence de ces routes et de ces terres à perte de vue ont favorisé les conquêtes (Alexandre le Grand, les Arabes et les Mongols de Gengis Khan notamment) et les explorations (Marco Polo). L’Asie centrale (constituée des pays en ‘stan’3), au cœur de ce réseau, a été ainsi une terre de passage et de contact, entre les empires antiques (grec, romain, perses et chinois), entre les caravaniers nomades et les commerçants sédentaires mais également entre plusieurs pensées religieuses (zoroastrisme, bouddhisme, islam).

  • Quelles produits étaient échangés?

Outre la soie, les porcelaines, le jade et les épices faisaient le trajet est-ouest. En outre, nous lui devons la poudre à canon et le papier. Dans l’autre sens, elle est la route des pierres précieuses, de l’or et de la laine.

  • Comment les commerçants communiquaient-ils?

Si plusieurs langues se sont succédées, au gré des empires dominants, les langues iraniennes et turciques (d’origine turques) ont néanmoins dominé dans les échanges. Aujourd’hui, les langues kazakhe, kirghize et ouzbèke sont turciques, alors que le turkmène et le tadjik sont persanophones.

  • Quel(s) moyen(s) de transport terrestre utilisaient-ils?

Les chevaux mais essentiellement les chameaux, plus robustes: en effet, ils résistent à des conditions climatiques extrêmes, peuvent galoper aussi vite qu’un cheval et supporte plus de poids.

  • Est-ce que ces routes sont toujours utilisées aujourd’hui?

L’utilisation du réseau terrestre a décliné avec le développement des techniques et connaissances maritimes au XVè siècle ap. J-C: ces routes étaient plus sûres que celle d’Asie centrale et demandaient moins d’intermédiaires que les axes terrestres.

Route de la Soie - Tragets possibles

Mon Scorpion FS20:

 

 

 

Rouler sur un vélo couché (communément surnommé un Trike) est totalement différent que sur un vélo debout. Confortablement couché sur le siège du vélo avec les jambes allongées à l’horizontale, on ne sollicite pas du tout les mêmes muscles et par conséquent, cela exige un entrainement particulier. On dit qu’il faut rouler 500 à 1000km avant de trouver ses repères et de se sentir en pleine maîtrise.

J’ai choisi d’utiliser un trike pour plusieurs raisons:

Contrairement au vélo droit, où le regard est naturellement dirigé vers le bitume, la position du trike permet de regarder droit devant soi sans perdre une miette du décor, et sans le moindre signe de torticolis.

– Excellente tenue de route.
– Stabilité de l’ensemble à l’arrêt et à basse vitesse , monter des côtes devient plus facile pour les « moins entraînés ».
– On peut s’arrêter au milieu d’une côte très raide, sans souci pour repartir. Avec un tricycle couché, on peut monter toutes les pentes.
– Sensation de glisse.
– Plus sécurisant qu’un vélo droit, pas de risque de chute, on prend sa place dans le trafic et les voitures s’ écartent beaucoup plus qu’en doublant un vélo traditionnel.
– Capacité plus grande de chargement sans risque de déséquilibre.
– On peut rouler en toute décontraction et s’arrêter très aisément. Les plus expérimentés arrivent même à lire, dessiner, prendre des photos… en roulant.

En contrepartie, il comporte certains désavantage:

– Plus lourd et encombrant, il nécessite une préparation particulière pour le transport en avion.
– Sa très faible garde au sol ne lui permettent pas de passer partout.
– Avec trois roues, plus de résistance au sol qu’avec 2 roues.

Pour ce périple, j’ai choisi de produire des VLOGS au lieu de ce maintenir ce BLOG. Il s’agit de capsules vidéos qui seront disponibles sur Youtube et Facebook.  Je me suis également équipé d’un Drone Mavic Pro pour vous offrir des prises de vues époustouflantes de mon parcours. Ça promet! Espérons que je ne le planterai pas dans le décor pendant le voyage!

Auteur : Pierre

À l'aube de la 60'n, je rêve de traverser les Amériques en cyclo-tourisme d'ici quelques années! En attendant, je parcours le Québec en cyclotourisme sur mon Surly et je transforme notre Tandem semi-couché Pino en Tandem Solaire afin de voyager avec Claudette! En janvier 2018, direction Carretera Australe en Patagonie! Early 60's, French Canadian, I love cycling, travelling, nordic skiing and enjoy life! Plan to leave home for a journey across both Americas in a near future!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s